Les chansons de Georges Brassens

Dans les années 50, georges Brassens était considéré comme l’un des chanteurs emblématiques français. Il a marqué l’histoire de la chanson française surtout avec sa réputation sulfureuse. Parmi les titres les plus connus, il est possible de citer la chanson gorille. Il est tiré de son œuvre la mauvaise réputation. Découvrez les informations sur ses chansons d’amour et balade.

Qui est George Brassens ?

Georges Brassens, l'un des auteurs-compositeurs les plus poétiques de la chanson française, était également un interprète très apprécié et très populaire. Non seulement Brassens était un brillant manipulateur du langage et un poète très apprécié, mais il était également réputé pour son côté subversif, s'attaquant à la religion, aux classes sociales, au conformisme et à l'hypocrisie morale avec une joie malicieuse. Pourtant, sous cette surface se cachait une compassion pour son prochain, en particulier pour les personnes défavorisées et désespérées. Sa politique personnelle s'est forgée pendant l'occupation nazie, et si ses opinions sur la liberté frisent l'anarchisme, ses chansons expriment ces convictions plus subtilement que celles de son contemporain, Léo Ferré. Bien qu'il soit un auteur-compositeur talentueux, Brassens n'a reçu que peu de formation musicale formelle, et il s'en tient généralement à des mélodies simples, accompagnées d'une basse et d'une deuxième guitare. Avec Jacques Brel, il est devenu l'une des voix les plus singulières du circuit des cabarets français et a exercé une influence considérable sur de nombreux autres chanteurs et auteurs-compositeurs de l'après-guerre. Ses poèmes et ses textes sont toujours étudiés dans le cadre du programme d'enseignement français standard

Le Top 50 des chansons de Georges Brassens

La Mauvaise Réputation

Le Gorille

La Chasse Aux Papillons

Chanson Pour L'auvergnat

Les Amoureux Des Bancs Publics

Les Sabots D'hélène

Le Petit Cheval

Brave Margot

La Cane De Jeanne

Le Parapluie

Le Mauvais Sujet Repenti

Auprès De Mon Arbre

Hécatombe

J'ai Rendez-Vous Avec Vous

Il N'y A Pas D'amour Heureux

Le Vent

Pauvre Martin

La Prière

Ballade Des Dames Du Temps Jadis

Les Copains D'abord

Il Suffit De Passer Le Pont

Dans L'eau De La Claire Fontaine

La Mauvaise Herbe

Au Bois De Mon Cœur

La Marine

Le Fossoyeur

Je Suis Un Voyou

Bonhomme

Comme Hier

Les œuvres musicales de Georges Brassens

Durant sa cavale, il trouve refuge dans la maison de jeanne planche. Vous verrez d’ailleurs une plaque commémorative de georges brassens à l’adresse 9 impasse Florimont au cours d’une balade avec un copain. Pendant son séjour, il a écrit plusieurs chansons poétiques. Ils seront retrouvés plus tard dans l’album la mauvaise réputation en 1953. Le gorille fait partie des titres visibles. Une chanson interdit de diffusion de nombreux studios puisqu’elle est considérée comme provocante et indécente. Dans les paroles de gorille, il milite contre la peine de mort. Il a fallu attendre en 1955 avant de voir sa carrière décollée grâce à Europe 1 qui accepte de diffuser ses chansons balade. En effet, un nouveau copain apparaitra dans la vie de georges Brassens. Son nom est Lucien Morisse. Il est l’ancien directeur des programmes de la chaîne. En tout, il a écoulé plus de 50 millions d’albums en chantant avec son coeur et en racontant l’histoire de sa vie avec jeanne ou un copain. En somme, il a créé 12 albums composés de plusieurs chansons célèbres tout en restant fidèle à sa réputation. Sa chanson relate les affaires de coeur, son aventure avec un copain et d’amour.

Les débuts de Georges Brassens

Le chanteur georges brassens est né à Cette le 22 octobre 1921. À noter que l’appellation du port de Cette a fait l’objet d’un changement de graphie en 1928. Elle est devenue l’actuelle Sète d’après un décret ministériel. L’information est même mentionnée dans une chanson de coeur. Il est le fils d’un maçon du nom de jean- Louis Brassens et d’Elvira. Sa mère est l’amie de jeanne planche qui aura plus tard un rôle à jouer dans la sortie de ses premières chansons. La musique est une passion pour tout l’entourage de georges brassens à commencer par son père jean. Néanmoins, jean adorait la chanson pour son plaisir. De fil en aiguille, il a transmis son amour pour la chanson à georges brassens. Côté éducation, jean était considéré comme un libre-penseur. Son père jean accordait alors une grande importance pour la liberté et l’indépendance. Il était décrit en tant que rêveur et un grand sentimentaliste au grand coeur.

La vie de Georges Brassens

Depuis son enfance, sa mère empêche de s’initier aux chansons à l’inverse de jean. Comme preuve, elle n’a pas accepté son souhait de suivre des cours de solfège pour percer dans la musique. Cela dit, il continue à écrire des chansons en cachettes. En 1936, il aura l’occasion d’exploiter enfin son talent après sa rencontre avec Alphonse Bonnaté. Il est un professeur de français doté d’une grande réputation. De plus, il éprouve aussi de l’amour pour la poésie. Il est pareillement celui qui a le plus influencé georges brassens à exploiter les nouveaux rythmes dans sa musique. Il s’agit de la raison pour laquelle, vous trouverez la musique balade de style américaine dans les œuvres de georges brassens. Au cours de sa vie, il était considéré en tant que bagarreur et farceur. D’ailleurs, il est souvent associé à des vols avec un copain du quartier. Il a même frôlé l’incarcération en 1939. Cela a mis un coup dans la réputation de jean. Heureusement, il est seulement condamné avec sursis.

Biographie de George Brassens

Georges Brassens est né dans la petite ville méditerranéenne de Sète, en France, le 22 octobre 1921. Sa mère, profondément croyante, l'encourage à jouer de la mandoline et lui apprend certaines des chansons populaires italiennes avec lesquelles elle a grandi ; cependant, sur le plan intellectuel, Brassens prend la suite de son père, farouchement anti-religieux. Vers l'âge de 15 ans, Brassens rencontre Alphonse Bonnafé, le professeur de littérature qui l'initie à la poésie (et qui écrira plus tard la première biographie de Brassens en 1963). Brassens passe rapidement son temps libre à écrire des poèmes et des textes de chansons, qu'il met en musique sur des mélodies populaires de l'époque. Il forme également un petit groupe de musique appelé Jazz, qui joue dans des réceptions locales avec Brassens comme batteur. Malheureusement, Brassens a été renvoyé de l'école en 1939 après avoir été mêlé par inadvertance à un vol de bijoux sur le campus. Il a d'abord travaillé pour l'entreprise de maçonnerie de son père, puis est allé à Paris en 1940 pour vivre avec sa tante et travailler à l'usine automobile Renault. Pendant ce temps, il apprend le piano et écrit quelques-unes de ses premières compositions originales.

Lorsque les troupes nazies arrivent à Paris cet été-là, Brassens retourne à Sète pour quelques mois, mais trouve difficile d'y rester. Il est de retour à Paris à la fin de l'année et, malgré l'occupation nazie, il parvient à publier deux courts recueils de poésie en 1942. En 1943, Brassens est enrôlé dans le S.T.O., un programme de travail obligatoire qui l'oblige à se rendre en Allemagne ; il y rencontre Pierre Onténiente, un compatriote français qui deviendra son ami de toujours et (dans ses années de réussite) son secrétaire particulier. Après un an au S.T.O., Brassens revient à Paris pour une permission de deux semaines ; plutôt que de retourner en Allemagne, il se cache chez un couple, Jeanne et Marcel Planche, qu'il immortalisera plus tard en chanson. Sans autre occupation, Brassens passe ses journées à composer des chansons et à écrire de la musique, et finit par apprendre la guitare en s'appuyant sur son expérience antérieure de la mandoline.

En 1946, après la fin de la guerre, Brassens publie le premier d'une série d'articles dans le journal anarchiste Le Libertaire. L'année suivante, il publie également son premier roman, La Lune Écoute Aux Portes, et rencontre Joha Heiman, la femme qu'il aimera - et sur laquelle il écrira - jusqu'à la fin de sa vie (curieusement, ils ne se sont jamais mariés ni même cohabités, Brassens continuant à vivre chez les Planches jusqu'en 1966). Au cours des années suivantes, Brassens écrit la plupart de ses meilleures œuvres de jeunesse, mais il a du mal à les placer auprès de qui que ce soit sur le circuit des cabarets parisiens. Sa chance commence à tourner en 1951 lorsqu'il rencontre le chanteur Jacques Grello, qui l'aide à trouver des interprètes pour ses chansons, mais aucun n'est particulièrement apprécié du public au début.

Au début de l'année 1952, Brassens auditionne une sélection de ses chansons devant la chanteuse de cabaret Patachou et donne une représentation tard dans la nuit qui éblouit le petit public présent. Bien que Brassens ne se soit jamais considéré comme un chanteur, Patachou le convainc de s'essayer à la scène. Un bassiste présent lors de l'audition, Pierre Nicolas, vient rapidement soutenir Brassens, ce qu'il fera jusqu'à la fin de sa carrière. Brassens connaît un succès immédiat dans les cabarets, tant auprès du public que de la critique. Avec l'aide de Patachou, il rencontre le directeur de Polydor, Jacques Canetti, et décroche un contrat de disque. Son premier single, "Le Gorille", sort en 1952 et suscite la controverse en raison de sa position ferme contre la peine de mort ; en fait, il sera interdit à la radio française jusqu'en 1955.

La Mauvaise Réputation

En 1953, Brassens sort son premier disque, La Mauvaise Réputation, et donne son premier grand concert au théâtre Bobino, où il reviendra souvent dans les années à venir ; il publie également un deuxième roman, La Tour des Miracles. Il remporte le prestigieux Grand Prix du Disque de l'Académie Charles Cros en 1954 pour son EP Le Parapluie, et passe une grande partie de l'année à tourner en Europe et en Afrique du Nord. Il sort plusieurs autres 33 tours pendant le reste des années 50, période pendant laquelle des problèmes rénaux chroniques commencent à affecter sa santé, entraînant des hospitalisations périodiques. Il continue néanmoins à tourner régulièrement et fait ses débuts au cinéma dans Portes des Lilas en 1956. Il met également en musique certains poèmes de son ami Paul Fort.

Le Pornographe, Vol. 5

Au début des années 60, Brassens enregistre sur disque des œuvres fortes comme Le Pornographe, Le Mécréant et Les Trompettes de la Renommée. En 1964, il écrit le thème à succès "Les Copains d'Abord" pour le film Les Copains, et sort un album du même nom. Son rythme d'écriture prolifique des années 50 s'est considérablement ralenti par la suite, en partie à cause de problèmes de santé et de tragédies personnelles (ses parents et les Planches sont décédés à la fin de la décennie). Ces expériences ont influencé sa vision lyrique de plus en plus morbide, comme en témoigne le LP Supplique pour Être Enterré à la Plage de 1966. Cependant, le reste des années 60 n'est pas si malheureux pour Brassens ; il reçoit le Grand Prix de Poésie de l'Académie Française (la plus haute récompense nationale de poésie) en 1967, et participe à une célèbre interview radiophonique à trois avec Jacques Brel et Léo Ferré en 1969. Toujours en 1969, il revient avec le nouvel album La Religieuse, sur lequel figure son nouveau second guitariste, Joël Favreau, troisième musicien à occuper cette fonction (les deux premiers étant Victor Apicella et Barthelemy Rosso).

Au début des années 70, Brassens travaille sur plusieurs bandes originales de films et donne plusieurs séries de concerts très appréciés au Théâtre Bobino ; il sort également un nouvel album, Fernande, en 1972. Affaibli par ses problèmes rénaux, il entreprend sa dernière tournée en 1973. Il sort un autre disque, Don Juan, en 1976, et donne une série de concerts d'adieu au début de 1977 au théâtre Bobino. Brassens retournera en studio à plusieurs reprises en tant qu'invité vedette pour les sessions d'enregistrement d'autres artistes, mais en 1980, ses problèmes rénaux se sont aggravés en cancer. Il s'éteint le 29 octobre 1981, dans le village de Saint-Gely-du-Fesc, chez son médecin, et est enterré non loin de là, dans sa ville natale de Sète.

En résumé la vie de George Brassens chanteur de génie

George Brassens, (né le 22 octobre 1921 à Sète, France - mort le 30 octobre 1981 à Sète), chanteur et auteur-compositeur français. L'un des chansonniers (chanteurs de cabaret) français les plus célèbres du XXe siècle, Brassens a occupé une place unique dans l'affection du public français et, au cours d'une carrière de près de 30 ans, a vendu plus de 20 millions de disques. Les chansons de Brassens, qui ont obtenu le prix de poésie de l'Académie française en 1967, s'inscrivent dans une tradition qui remonte aux jongleurs médiévaux (conteurs et amuseurs professionnels). Elles allient humour paillard, tendresse et mépris de la suffisance des bigots et des autorités. Après son arrivée à Paris en 1940, Brassens travaille à l'usine automobile Renault et est appelé sous les drapeaux en Allemagne. De retour en France, Brassens déserte et trouve refuge chez la voisine de sa tante, Jeanne Planche, à qui il dédiera plusieurs de ses chansons. En 1952, Brassens est découvert par Jacques Grello et fait ses débuts dans une boîte de nuit appartenant au chanteur Patachou. Sa voix chaude et son accompagnement de guitare emphatique sont entendus à l'Olympia, à l'Alhambra et au Palais de Chaillot, mais c'est dans le cadre sans prétention du music-hall Bobino qu'il donne le meilleur de lui-même.

Le seul rôle de Brassens au cinéma est celui qu'il a tenu dans le film Porte des lilas de René Clair (1957 ; également publié sous le titre Gates of Paris). Il a également publié des poèmes et un roman, La Tour des miracles (1953 ; "The Tower of Miracles").

Georges Brassens et la poésie

En 1940, georges brassens passe un an reclus dans la maison familiale avant d’effectuer une balade à Paris. L’un des faits marquants de l’histoire est qu’il se fait pousser la moustache durant cette période. Vous pouvez même reconnaître georges brassens avec ce style distinctif et sa pipe en chantant gorille. Une fois arrivé chez sa tante, il commence à jouer des chansons d’amour sur un piano malgré sa méconnaissance du solfège. En 1943, il est convoqué pour le service du travail obligatoire en Allemagne en pleine guerre. Pourtant, il passe son temps dans les bibliothèques à cause de son amour pour les œuvres littéraires. À la suite d’une maladie, il reçoit une permission pour retourner à Paris. Toutefois, il ne revient plus en Allemagne mais habite désormais chez jeanne. Côté amour, il épouse Joha Heiman.